Une journée à l'abbaye

                              

Quand la cloche sonne pour le réveil à 7 h, les lève-tôt ont déjà parcouru un bout de leur journée, ayant pris le petit déjeuner et un temps de prière et de lecture.

Nous nous retrouvons tous à 7 h 30 pour l'office des laudes. Celles-ci sont chantées, comme tous nos offices liturgiques. La plupart des mélodies des offices, mais aussi de nombreux chants de messe ont été composés par des membres de la Communauté des Béatitudes.

« [...] la Communauté donne une importance toute particulière
à la liturgie, "sommet auquel tend l'action de l'Eglise et source
d'où coule toute sa vertu" (Sacrosanctum Concilium 10) et toute
sanctification. » (Livre de Vie de la Communauté des Béatitudes)

Après les laudes nous prolongeons la prière par un temps consacré à la méditation de l'Ecriture, la lectio divina. Comme nos prédécesseurs, les moines bénédictins, nous aimons lire la parole de Dieu pour pouvoir l'intérioriser et la mettre en pratique.

« L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole
qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4,4)

« Ora et labora »
« Prie et travaille ». Souvent on résume la règle de saint Benoît en ces mots, pour mettre en valeur les deux piliers de la vie monastique.
A 9 h chaque membre de la communauté rejoint son lieu d'activité. Nous travaillons le matin jusqu'à 12 h et l'après-midi de 14 h à 17 h 30.
Notre activité principale est l'accueil des touristes par les visites guidées et le magasin, où nous vendons des souvenirs touristiques et religieux ainsi que des livres. En haute saison nous assurons jusqu'à 12 visites guidées/jour.

Nous n'avons pas d'employés extérieurs et nous entretenons donc nous-mêmes les bâtiments et les jardins dans la mesure du possible. Dans un bâtiment millénaire le travail ne manque pas !
La vie communautaire demande des services multiples comme la cuisine, la lingerie, la couture, la comptabilité, l'approvisionnement. Tous les membres de la communauté participent à ces tâches, mais certains y sont impliqués à plein temps.
Un de nos deux prêtres s'échappe régulièrement de l'abbaye pour assurer un service paroissial dans les villages des alentours.

« La parole de saint Paul : Que celui qui ne travaille pas ne mange pas sera normative pour nous [...] .
Nous verrons dans le travail un prolongement de l’œuvre du Créateur qui travailla six jours.
Aucune activité ne devra être en contradiction avec l’éthique chrétienne.
Nous valoriserons le travail (…), que Jésus a lui-même sanctifié à Nazareth
pour ses vertus particulières au cœur d’une vie contemplative.
 » (Livre de Vie)

A midi, le chapelet est bienvenu pour nous recentrer sur l'essentiel.

Le déjeuner a lieu à 12 h 30, il est introduit par un petit office chanté à table. Ainsi tous se rassemblent au milieu de la journée : les membres de la communauté et les retraitants. Nous vivons ce temps comme un moment de partage fraternel ; certains jours une lecture spirituelle est donnée pendant une partie du repas.

« Ora et labora ». Le Seigneur est premier dans nos vies, nous le manifestons aussi dans la manière de vivre le travail qui reprend après la vaisselle : chaque membre de la communauté quitte son poste pendant une heure pour adorer Jésus-Christ dans le Saint-Sacrement, exposé dans l'église durant la journée.

« [...] l’oraison, pur dialogue d’amour, prend une place essentielle dans notre vie,
car elle est la voie royale qui nous conduit
à la connaissance de Celui qui est tout Amour . » (Livre de Vie)

La cloche annonçant les vêpres (17 h 30) marque la fin de nos activités.
L'eucharistie, célébrée à 18 h, constitue le sommet de notre journée.

« [...] l’Eucharistie sera célébrée quotidiennement dans nos maisons. [... ]
Chacun contribuera selon ses dons à faire de la célébration eucharistique
le centre et le sommet de la vie communautaire.
 » (Livre de Vie)

Après la messe chacun dispose d'un temps libre jusqu'à 19 h 45, nous nous retrouvons alors pour le dîner. Nous prenons certains repas en branches (frères consacrés, sœurs consacrés, laïcs) dans des réfectoires propres à chacune.
La soirée se conclut par un office à l'église, par un temps de formation ou une réunion de communauté. Ensuite nous entrons dans le silence de la nuit, mais les couche-tard peuvent prolonger la soirée encore un peu...

Le petit Triduum

Icone petit triduumLes journées à l'abbaye ne se ressemblent pas toutes : un rythme hebdomadaire vient se superposer au rythme quotidien puisqu'en mémoire du grand triduum de la Semaine Sainte nous célébrons toutes les semaines un petit triduum du jeudi soir au dimanche.

L'office du jeudi soir commémore l'agonie de Jésus à Gethsémani.
Le vendredi est une journée de silence et de jeûne. Le soir de ce jour nous nous retrouvons autour de la table pour célébrer avec des chants et des prières en hébreu l'entrée dans le septième jour, le Shabbat du peuple d'Israël. Ainsi nous exprimons concrètement notre communion à la prière de nos frères juifs.

L'office des laudes du samedi souligne le repos de Jésus au tombeau.

Le samedi soir, dès les vêpres de tonalité byzantine, nous laissons éclater notre joie de la résurrection du Seigneur, joie qui se manifestera tout au long du dimanche.

« Oui, il est bon, il est doux pour des frères de vivre ensemble et d'être unis ! [...]
C'est là que le Seigneur envoie la bénédiction, la vie pour toujours » (Psaume 133).